Jo Lorente Artiste Plasticienne

Ephémérides

Toiles de grands formats sur divers supports (panneaux S, plexiglas)

Réalisations à la cire d'après une technique originale mise au point par l'artiste qui donne la possibilité de mêler, dessin et couleur. Cette recherche à donné lieu à une série appellée :  “ Ephémérides”.

Titre de la page

L’éphémère et l’éternel

 

 

Je garde en tant qu’artiste la nostalgie du Jardin paradisiaque de nos origines. Et, avec la vue de l’esprit, je tente de Le retrouver et de le traduire dans le langage plastique qui est le mien.

 

Tout concept contient en soi quelque chose à titre d’objet (Nietzsche) sinon, la conscience s’anéantirait. Mon objet je le trouve dans la nature. Comme dans le haïku, je veux exprimer mon adoration de la beauté du monde.

 

Je veux aussi atteindre à la volupté des émotions en entrant dans la matière et dans l’espace et partir à la recherche du détail microscopique grâce à la légèreté du rendu, la fragmentation de la pellicule de cire que je colle sur le support et les harmonies chromatiques improbables.

 

Cette forme poétique japonaise qu'est le haïku me convient étrangement. Mais une notion supplémentaire détermine mon intention: donner une place égale à à la nature et à l’abstraction des idées. Lorsque je survole comme un oiseau un paysage en pensée, cette vision de rêve devient réalité. Mais, une réalité de lignes abstraites comme la géométrie des fractales.

Je veux rendre plastiquement “le grand vouloir de la nature” qui organise le désordre, cristallise, géométrise, pulvérise, toute chose de l’organique au minéral.

 

En faisant le lien entre les sens et l'esprit, j’ai tenté de mêler deux notions inconciliables, ennemies dirait-on. D’une part, celle de la réelle sensualité de la nature, évoquée dans un instant qui me touche par l’apprêt de sa parure  ( un clair de lune sur la mare, un soir d’été pluvieux... ) et d’autre part, la notion graphique que représentent les fils de la vierge de la toile infinie de mon cerveau à partir desquels je tisse au crayon une autre réalité de synthèse.

 

Notre civilisation redécouvre avec stupeur la Nature comme d’autres époques le Religieux ou l’Humain. Ma démarche tend à faire fusionner cette réalité abstraite qui nous rappelle peut-être «le monde tel qu’il est vu par la divinité», avec cette autre réalité qu'est  l’épure Zen dans son esthétique haïku toute d’humanité dans le plaisir des sens.        

                                                                                

                                                                      Jo Lorente

Petit entête
Ephémérides. Série 2
Ephémérides. Serie 1
Ephémérides. Série 3
PEphémérides. Triptyquetit entête
Petit entête
Petit entête