Jo Lorente Artiste Plasticienne

DEMARCHE PICTURALE

 

Jo Lorente réalise des oeuvres picturales qui utilisent comme  médium la cire d'abeille, d'après  une technique inédite qu'elle a mise au point, rendant ainsi possible le mélange, dessin et couleur.

 

Ce travail de recherche a donné lieu à plusieurs périodes.

Notamment, à la série intitulée « Ephémérides », composée de toiles, grands formats, accompagnées de poèmes haïkus.  

 

Sous le titre générique "Graphic Codex " elle à raconté les perturbations de la crise. Les planches du codex sont recouvertes d'une fine pellicule de cire. Le support : du carton plume pour mieux rendre perceptible la fragilité de notre système de valeurs.

 

A sa suite, elle réalise les planches originales pour le théâtre kamishibaï du spectacle : « De mémoire de femme ... » qui illustrent la somme de confidences féminines recueillies durant des salons de thés philosossphiques par l'écrivaine Françoise Ghilain.
 

Elle réalise également les illustrations pour un autre recueil, « Nos enfances » écrit par Evelyne Wilwerts. Elle accompagne la comédienne Florine Elslande avec des chansons qui parlent de l'enfance en s'accompagnant au luth.

Elle partage une autre production avec Annemarie Van Vreckom, toutes deux quo-auteures et illustratrices du livre graphique: « Lilith à Jamais ».

 

Prise de passion pour le livre d'artiste elle participe depuis 2014 à « Histoires de livres », le salon du livre d'artiste de Bruxelles.

 

Le « Graphic codex II », un livre objet réalisé sur plexiglas, parle de « La genèse de Tango ».
 

Elle présente en 2016 "Rêves de sirène" un livre, dont les oeuvres picturales sont réalisées avec une nouvelle approche de la technique qu'elle explore.
 

En 2017 elle expose au salon du livre d'artiste une série de monographies, "Graphic codex de l'inconscient.
S'inspirant du test de Rorschach, ses sujets rapportés sur la trame des rêves voyagent du figuratif à l'abstrait d'où émergent des histoires sans paroles.
Le récit graphique, dont les pages sont rassemblées dans des carnets foisonnants de peintures automatiques, est livré à l'interprétation de l'observateur.

 

Cette dernière recherche picturale amorce une période qui va privilégier, le texte et la peinture en poussant plus loin la technique qu'elle exploite, basée sur la cire et la couleur, travaillées sur différents supports.

 

Une fois de plus, à travers son art, elle convie le spectateur à l'accompagner au pays des sens.